Comprendre les crises internationales du 21ème siècle

lundi 4 avril 2016

Sahara occidental: les raisons de la discorde

Le monde regarde à nouveau en direction du Sahara Occidental. Ce territoire de la côte ouest africaine, grand comme la moitié de la France métropolitaine, annexé il y a quarante ans par le Maroc est toujours, aujourd'hui, un sujet de discorde. 



Rapide résumé historique:

Jusqu'au XVème siècle, différents peuples locaux prennent, tour à tour, le contrôle de ce territoire, de celui de la Mauritanie et du Maroc. Au XVIème siècle, l'Empire d'Espagne installe des forts sur le territoire du Sahara Occidental, entrant ainsi en conflit avec le Maroc. 

En 1884, l'Espagne place le territoire sous son protectorat, déployant des comptoirs commerciaux et une présence militaire. De 1912 à 1956, le Maroc devient, à son tour, un protectorat Franco-Espagnol. Il accède en 1956 à son indépendance et travaille alors à son unité territoriale. L'Espagne conserve tout de même le contrôle du Sahara Occidental.

En 1963, l'Algérie et le Maroc entrent en guerre à cause de l'impossibilité de trouver un accord au sujet de leur frontière commune. La situation avec la Mauritanie est également compliquée en raison de désaccords sur le contrôle du Sahara Occidental.

En 1975, le roi du Maroc, Hassan II organise la "Marche Verte": 350 000 volontaires marocains font une marche pacifique dans les territoires du Sahara Occidental pour encourager l'idée que ce territoire appartient au Royaume. En conséquence l'Espagne se retirera en 1976 après avoir défini avec le Maroc et la Mauritanie un partage du dit territoire à hauteur de deux tiers, un tiers, respectivement. Dès lors, le Front Polisario se créé avec pour but d'obtenir l'indépendance du Sahara occidental. Ce dernier obtient le soutien de l'Algérie, toujours en guerre avec le Maroc.

Après de nombreux affrontements, et un changement politique en Mauritanie dû à un putsch, un cessez-le-feu est décidé et la Mauritanie restitue le territoire du Sahara Occidental annexé, au Polisario. Immédiatement, le Maroc annonce l'annexion de ce territoire fraîchement rendu.

Le Polisario et le Maroc s'affronteront longuement; le Maroc décidant dans les années 80 de construire un mur séparant les 20% du Sahara Occidental sous contrôle rebelle, du territoire annexé. Surnommé le "mur de la honte" par ses détracteurs.

Finalement, un cessez-le-feu aura lieu en 1991 et l'ONU déploiera la force Minurso pour maintenir la stabilité dans la région. Depuis la situation n'a pas ou peu évoluée, les deux belligérants refusant de s'entendre sur une solution et notamment sur un vote.

Tout le problème repose sur l'avis de la Cour International de Justice en 1975 qui définie que bien que le Maroc et la Mauritanie aient des raisons de prétendre à la possession de ce territoire, elles ne suffisent pas à supplanter un vote d'autodétermination du peuple local. Le Maroc se positionnant alors en situation illégale vis-à-vis du droit international.


Les ressources du Sahara Occidental

Alors pourquoi le Maroc s'obstine tellement au contrôle de ce territoire désertique? En effet le Sahara Occidental ne dispose que de peu de ressources: un peu de bétail, des eaux riches en poissons permettant une pêche fructueuse, quelques gisement de minerais de fer mais surtout le phosphate!

Et oui, cette région du Sahara possède d'énormes ressources en phosphate, et cet élément est extrêmement nécessaire à l'espèce humaine.


Le Phosphore

Le phosphore est une des briques élémentaires de la Vie, issue du minerai de phosphate. Les plantes notamment ont un besoin naturel de se nourrir de cet élément. Il fait partie avec d'autres, tel que le potassium, des éléments qui ont permis la révolution agricole, grâce aux engrais modernes. Augmentant le rendement d'une parcelle de 150 000%! Nous lui devons, en conséquence, notre incroyable population sur Terre.

En effet la population humaine a crû de 2,5 milliards d'individus en 1950 à 7 milliards aujourd'hui. Et chacun d'entre nous a besoin d'être nourri. Le phosphate joue donc un rôle déterminant dans notre histoire et notre avenir.

Or le Sahara Occidental regorge de phosphate. La Chine, les USA et le Maroc produisent à eux-seuls plus de 80% de ce minerai. Et le Maroc l'exporte abondamment. Toutefois, la Chine est largement numéro un. En terme de réserves supposées, par contre, le Maroc et le Sahara Occidental disposeraient de 50 milliards de tonnes de phosphate contre seulement 4 milliards de tonnes pour la Chine. Soit 75% des réserves de la planète.

Et, il est aujourd'hui une grande question: au vu, de notre consommation abusive du phosphate, les réserves terrestres risquent de ne pas perdurer longtemps. Surtout avec une population qui continue de croître. On estime ainsi une pénurie d'ici un siècle de cet élément, comme le montre le modèle prévisionnel ici à gauche.





Le phosphate va donc devenir de plus en plus rare et, par conséquent, de plus en plus cher. La France achète, à l'heure actuelle, la tonne de ce minerai à 500€ pièce, qu'en sera-t-il lorsque les ressources seront moindres et que le Maroc disposera du monopole?

A 500€ pièce, les 50 milliards de tonnes supposées du Maroc et du Sahara Occidental valent la coquette somme de 25 mille milliards d'Euros! Nombre de discordes sur Terre ont lieu pour bien moins que cela.


Aujourd’hui

La situation s'est, à nouveau tendu, ces dernières semaines, en raison d'un discours du Secrétaire Général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui qualifie la présence marocaine au Sahara Occidental "d'occupation". Cette déclaration a immédiatement engendré un regain de tension, le Maroc exige un retrait des troupes de l'ONU de son territoire contesté et à organisé des manifestations massives à l'encontre du Secrétaire Général en plein Rabat.


Sapiens,
Lundi, 04 Avril 2016.


Sources des images et cartes:
freerangestock.com
Maphill
Agence Science-Presse


2 commentaires:

  1. Bonjour, félicitation pour votre blog et votre article est très intéressant! Il est indéniable que le phosphate est l'une des causes du conflit dans le Sahara occidental cependant je regrette que l'analyse ne se concentre que sur cet aspect économique. Il n'est pas le plus important selon moi, il ne faut pas minimiser l'attachement d'un peuple à son territoire ni à son histoire par exemple, il suffit d'en parler avec un marocain pour en constater. Il y a des conceptions sociales, historiques, culturelles ... à ne pas oublier. C'est comme résumer les guerres de 1870 et de 1914-1918 uniquement à la volonté de posséder les mines de l'Est de la France (qui valaient de l'or à l'époque). Ce n'est qu'une différence de point de vu, chacun son opinion ... J'ai toutefois une petite remarque sur la phrase "le Maroc se positionnant alors en situation illégale vis-à-vis du droit international": vous avez mal interprété l'avis de la Cour Internationale de Justice qui vise à inciter la décolonisation par la volonté du peuple (qui peut se matérialiser par une indépendance, l'intégration ou l'association du territoire). Il ne faut pas négliger que ce n'est qu'un avis "commandé" par les Nations Unis, l'ONU ayant l'incroyable capacité à prendre la décision de ne pas prendre de décision ... Merci pour votre article, je vous souhaite une agréable fin de journée

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour vos encouragements et plus encore pour ces judicieuses précisions. Nous n'avons pas, en effet, soulevé la problématique du sentiment d'appartenance, les sources d'informations disponibles vis à vis de ce point dur du conflit n'étant pas ou peu accessibles et impartiales. Votre apport comble nos lacunes, merci encore.
    Bien cordialement,
    Sapiens.

    RépondreSupprimer

Nous avons besoin de vous!

Nous sommes nouveaux, alors si ce que vos yeux ont vu, leur a plu, n'hésitez pas à nous suivre et à nous partager!
Merci.

Facebook

Twitter

Nuage de mots clés

Blogumulus by Roy Tanck and Amanda Fazani
Fourni par Blogger.