Comprendre les crises internationales du 21ème siècle

dimanche 6 mars 2016

Corée du Nord: de la naissance de la dictature à la menace nucléaire

La Corée du Nord apparaît fréquemment en première page de l'actualité internationale, en raison de ses menaces militaires et exactions barbares à l'encontre de son propre peuple. Nous allons revenir ici sur la situation et ses origines, qui, vous allez voir, sont riches en originalités.


Au commencement était une nation unie
La Corée en tant que nation unie existe depuis le XIVème siècle, située entre la Chine à l'Ouest, la Russie au Nord-Est et le Japon de l'autre côté de la mer. Début 1900, le Japon place la Corée sous protectorat et en 1910 l'annexe à son Empire. La colonisation est violente, le Japon pioche allègrement dans les ressources de la péninsule et maltraite le peuple, réduisant même une partie de la population en esclavage. Cela provoque naturellement un soulèvement de la population coréenne, qui s'organise sous forme de résistance. Organisant attentats et révoltes populaires contre l'agresseur.

A l'issue de la Seconde Guerre Mondiale, le Japon acte sa reddition, abandonnant les territoires annexés à son empire; ainsi Kim Il-Sung (grand-père de l'actuel dictateur) qui s'était imposé en tant que meneur de la résistance, s’octroie le poste de Secrétaire Général du Parti du Travail de Corée, dont l'idéologie est communiste.

En pleine initialisation de la Guerre Froide, l'Union Soviétique prend position dans le Nord de la Corée tandis que les USA, en réponse, s'installe au Sud. La double prise de position politique scinde le pays géographiquement de part et d'autre du 38eme Parallèle.
En 1948, la tenue d'élections libres au Sud engendre la création de la République de Corée, un mois plus tard le Nord annonce la naissance de la République Populaire Démocratique de Corée: la rupture s'encre en profondeur.


Une guerre pleine de rebondissements 
Tout commence en 1950, à la suite de nombreuses échauffourées à la frontière, le Nord déclenche l'invasion du Sud avec des milliers de soldats, qui en seulement 3 jours font tomber Séoul, la capitale adverse. 
L'ONU vote alors une résolution d'intervention entraînant l'envoi d'une force internationale qui renverse la situation. A peine quatre mois plus tard, les forces onusiennes, menées par les Etats-Unis repoussent l'assaillant et prennent le contrôle de Pyongyang, la capitale du Nord.
Alors que la péninsule est pratiquement sous contrôle des forces alliées, la Chine maoïste intervient dans le conflit en envoyant des centaines de milliers de combattants "volontaires" affronter la coalition onusienne, protégée par une couverture aérienne de l'aviation soviétique (!). Ils reprennent le contrôle du Nord et après une nouvelle incursion au sud un statu quo s’installe autour du 38eme parallèle.
En 1953, les deux Corée signent un armistice, elles sont donc toujours techniquement engagées dans une guerre, dont le statut est "suspendue". Et le Parallèle 38 devient une zone démilitarisée séparant les nations et coupant la péninsule coréenne en deux.


La naissance d'un régime de terreur unique en son genre
Le régime Nord-Coréen, sous couvert d'être "populaire et républicain" s'érige alors en monarchie-communiste (même Staline n'avait pas osé), c'est à dire que Kim Il-Sung est un dictateur communiste avec pour héritier son propre fils. (antagoniste?!).
La dictature prend forme et s'oriente dès la fin des affrontements vers un model auto-suffisant. Les frontières se ferment et il devient interdit de quitter le territoire, l'horreur s'installe alors doucement. 

L'Etat s'immisce dans tous les secteurs de la vie politique, économique et individuelle. La religion est interdite et est remplacée par le culte de la personnalité du dirigeant, l'expression d'avis contraires au régime punie, la propagande prend place sur tous les canaux de communication. Un petit Etat soviétique vient de naître.
Pour régler le problème de la dissidence, des camps d'internements apparaissent, envoyant des centaines de milliers d'individus vers la mort lente et douloureuse. Les arrestations arbitraires se font pour instaurer la peur systématique.

Peu d'informations sur ce qu'il se passe dans le pays fuitent vers l’extérieur. Les quelques témoins ayant réussi à fuir racontent alors la terreur:
Dans les années 80, des campagnes d'eugénismes ont lieu, les gens atteints de nanisme notamment subissent des stérilisations forcées. Les enfants handicapés et autistes disparaissent. 
Au début des années 90, la famine apparaît, elle emportera en sept ans entre un et trois millions de personnes sur les vingt-deux que le pays comptait. Aujourd'hui une théorie prend de l’ampleur sur cette famine qui aurait été, au moins partiellement, instrumentalisée par l'Etat pour faire disparaître les plus faibles, les plus pauvres, les plus vieux, une sorte de sélection naturelle artificielle... de l'eugénisme encore. L’espérance de vie moyenne passera de 69 ans à 64 entre 1991 et 1997 (cf. graphe).

En 2010, une nouvelle famine menace, des cas de cannibalismes sont remontés de différentes régions du pays. L'Etat concentré sur les dépenses militaires plutôt qu'à nourrir son peuple, ainsi 24% du PIB de la nation est investit dans le secteur militaire (4 milliards sur 17!), ce qui la place en tête des classements de la planète.

En 2014, un garde de camp fuit le pays, il racontera alors ses huit années en tant que bourreau au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies. Les tortures commises digne des médecins nazis, les expériences chimiques sur la population. Tout ce que l'être humain est capable de faire de pire, tout ce qui est au delà de l'imaginable.

On estime qu'à l'heure actuelle 100 000 personnes sont retenues dans ces camps de mort.


Une politique extérieure menaçante
La Corée du Nord n'a jamais arrêté de menacer ses voisins Sud-Coréens, Japonais et son grand adversaire idéologique: les USA. Les escarmouches avec la Corée du Sud sont fréquentes, bombardements, menaces, échanges de tirs, ont lieu tous les ans.
Cette stratégie de menaces par phase peut s'expliquer par une sorte de marché fait avec le monde: 

Lorsque la Corée du Nord, totalement isolée, nécessite de l'aide extérieure, telle que la nourriture, elle a pris l'habitude de menacer ses adversaires et calme la situation lorsque des livraisons, de vivres et autres biens, lui sont adressées.


La bombe atomique
En 1989, Kim Il-Sung, décide que le pays doit obtenir la bombe H. Pour cela il embauche Abdul Qadeer Khan, celui qui développa le programme nucléaire pakistanais avant de mettre à disposition son talent auprès de nombreuses nations, notamment l'Irak de Saddam Hussein, la Libye de Kaddafi, la Corée du Nord et l'Iran.
Le programme suit son cours et 3 essais nucléaires ont lieu avant le dernier en date: début janvier 2016. En parallèle, un autre programme existe, celui de développer des missiles balistiques longues portées. Ces missiles permettraient d'atteindre le territoire national des USA.
On comprend vite que cumulés, ces deux programmes pourrait permettre la mise en place d'une force de frappe nucléaire intercontinentale qui inquiète toute la communauté internationale. La Chine a même, et c'est une première, exprimé son vif mécontentement vis-à-vis de son protégé à ce sujet.

Toutefois les experts sont perplexes sur la capacité de la Corée du Nord a réellement avoir les compétences de créer des bombes atomiques et plus encore à les intégrer dans des missiles balistiques. Mais, à ce que l'on sait, la dictature-monarchique a probablement mis la main sur des armes nucléaires via le marché noir qui existe malheureusement sur ce type de "produits".

Enfin cette manœuvre agressive soulève également la question du bluff: la Corée du Nord n'essaierait-elle pas, une fois encore, d'obtenir l'attention du monde pour négocier la tranquillité en échange de biens de première nécessité dont la nation manque cruellement?

A la suite de cet événement, l'ONU a voté des sanctions, dont le contrôle systématique des conteneurs à destination de la dictature. Sanctions soutenues et encouragées par la Chine, cela mérite d'être souligné. La réponse Coréenne ne s'est pas faite attendre, Kim Jung-Un a annoncé le 04 mars 2016 que l'arsenal nucléaire devrait être prêt à l'emploi à tout instant.



Quelques petites anecdotes:
Lors de la contre-offensive chinoise contre les forces onusiennes, 600 000 combattants de l'armée populaire de Chine sont engagés dans la bataille. Après que Séoul soit à nouveau tombé aux mains de la Corée du Nord et de ses alliés, le général MacArthur, en charge de l'opération pour les forces de l'ONU, suggère de bombarder nucléairement la région chinoise de Mandchourie. Le président américain Truman refusera et finira par limoger le général.

Il fut également question de nucléariser la zone démilitarisée séparant les deux Corée pour s'assurer aucune nouvelle incursion du Nord vers le Sud.

Au total quasiment 3 millions de soldats chinois ont servis en Corée du Nord, pendant ce conflit et à sa suite, c'est 70% des effectifs de l'armée populaire de Chine.
La Corée du Nord vue de nuit:


Sapiens, 
le 04 mars 2016.




Sources des images:
1. https://www.flickr.com/photos/babeltravel/5245045531
2. Corée du Nord - source:ici.radio-canada.ca
3. Zone démilitarisée - Source: Wikipédia
4.Espérance de vie dans les 2 Corée - Source: Google.
5. Corée du Nord de nuit - Source: Reuters

4 commentaires:

  1. "En 2010, une nouvelle famille menace, des cas de cannibalismes sont remontés" à corriger en "En 2010, une nouvelle famine"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah, merci beaucoup. Cette vilaine faute est corrigée.

      Supprimer

Nous avons besoin de vous!

Nous sommes nouveaux, alors si ce que vos yeux ont vu, leur a plu, n'hésitez pas à nous suivre et à nous partager!
Merci.

Facebook

Twitter

Nuage de mots clés

Blogumulus by Roy Tanck and Amanda Fazani
Fourni par Blogger.